//2018

Installation automatisée et flux video direct

Automated installation and direct video fees

// FR

Aux quatre coins du monde poussent bâtiments, quartiers et même villes, construits à une vitesse ahurissante.

Ils ont une particularité commune: leur durée de vie si faible leur vaut plusieurs noms : «ghost cities», «tofu buildings» ou tout simplement «ruines instantanées».

Ils passent alors directement du chantier à la ruine et sont abandonnés au moment même de leur édification.

Cénotaphes est une installation mécanisée qui assemble et désassemble en continu des éléments sculpturaux en béton. Ces derniers composent un paysage d’une ville infinie en maquette. Un deuxième paysage est enfoui dans l’installation, dans lequel s’amassent les déchets de la production. Un système camera mouvant compose un travelling en direct à l’intérieur des entrailles la ville créant un jeu d’échelles avec le spectateur.

Un Cénotaphe est un monument funéraire qui ne contient aucun corps.

Cette ville n’en contient également aucun, désertée depuis sa première heure, n’a jamais fait semblant d’avoir une quelconque utilité. Cette anti-architecture n’est rien de plus que la promesse d’une fonction, d’une occupation qui ne se réalisera jamais.

//EN

A global phenomena lies before you.

Whole cities are being built at incredible high speed the four corners of the world. Their buildings all share one particulartiy, they are all abandonned even before their construction ends.These buildings are suspended between construction site and ruin, they are known as tofu buildings, instant ruins, but everyone knows them by the name of ghost cities.

Cénotaphs is an automated installation that builds and unbuilds an infinite concrete landscape inspred by ghost cities. A second tumulus-like shape lies beneath the first one, faintly lit by the machine, remnants of the production. A moving surveillance-camera system recomposes a live travelling shot inside the model that loops endlessly.

A Cenotaph is a funerary monument that contains no human human remnants, it is purely symbolic.

This fictional city doesn’t contain any human organism, abandonned since it first started, the city itself was never usefull in any way. This anti-architecture is nothing more of a function and an occupation that will never occur.

-

-

Thomas Garnier & Le Fresnoy studio National -2018